Post | February 2023 | Lent 2023 | 3 min read

Sauterelles et miel sauvage Partie 1 : TRESSAILLIR DE JOIE (Lc 1,41-44)

Written by Fra' Georg Lengerke

Chers amis,


Pendant le Carême 2021, nous avons proposé en Allemagne un itinéraire spirituel à travers le Carême pour les membres de l'Ordre, les jeunes et les œuvres. Il s'intitulait "Sauterelles et miel sauvage" (Mt 3,4) - Jeûner avec Jean-Baptiste. Grâce à Emilie Verbeken, ces impulsions hebdomadaires ont également trouvé un écho en Belgique. C'est ainsi qu'est née l'idée de proposer et de publier les méditations de jeûne sur Jean-Baptiste pour les personnes intéressées dans d'autres pays. Je remercie chaleureusement Emilie Verbeken et Florentine Haeusgen pour cette idée et sa réalisation - surtout pour la traduction de l'allemand vers le français et l'anglais. Ce serait bien si, de cette manière, notre Saint Patron pouvait nous aider à vivre une période de conversion fructueuse.

A tous un temps de Carême béni et un renouveau de l'âme et du corps,


Fra' Georg Lengerke


Durant ce temps de carême, une impulsion par semaine sera donnée le mercredi sous le titre « Sauterelles et miel sauvage ».


Jean le Baptiste, le précurseur de Jésus et le Patron Saint de l'Ordre de Malte et de Saint-Jean, nous fournira pendant cette période des impulsions importantes pour un renouveau fructueux en vue de Pâques.


Il n'est pas une « figure réjouissante ». Son appel à la repentance est sévère, son jugement tranchant, son ton âpre, sa vie austère et son apparence plutôt mal soignée. Tel est Jean le Baptiste, le Précurseur du Christ.


La toute première chose que nous entendons de lui est très différente. Alors que sa mère Élisabeth est enceinte de lui, sa cousine, Marie de Nazareth, vient lui rendre visite. Elle aussi est enceinte - de Jésus. Quoi que Marie ait pu dire lors de la salutation, Élisabeth en est presque déchirée :


« Or, quand Élisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant tressaillit en elle. Alors, Élisabeth fut remplie d’Esprit Saint ». (Lc 1,41)


Tandis qu'Elisabeth entend Marie, Jean perçoit la proximité de celui à qui il va consacrer sa vie à préparer le chemin. La première chose que nous entendons de Jean, c'est qu'il trésaille. L'enfant à naître danse de joie. Ce qui vaut la peine de vivre pour lui a commencé. Le Promis est proche et à venir.


Nous devrions bien nous en souvenir en ce temps de Carême si nous ne voulons pas désespérer de Jean, mais le comprendre : qu'il s'agit pour lui de celui qui est la joie salvatrice du monde entier. C'est ce qui justifie toute son intransigeance. Il sait ce qui est en jeu si les chemins ne sont pas préparés, si les cœurs ne sont pas convertis et si les intentions ne sont pas mises en lumière.


Je voudrais vous proposer de faire de la joie de Jean dans le ventre de sa mère la raison fondamentale de notre Carême : la joie de voir Dieu se faire homme pour nous les hommes. Tout jeûne et toute prière et notre service au prochain, tout renoncement et notre ouverture à la présence et à l'action de Dieu - tout doit servir la joie de la proximité de Dieu avec nous et avec notre prochain.


Jean dans le ventre de sa mère est aussi une image de notre vie. Le ventre maternel est son monde. Dieu s'est approché en tant qu'homme, mais il n'est pas encore visible. Il en va de même pour la plupart d'entre nous.

J'ai pensé à l'histoire de la conversation des jumeaux dans le ventre de leur mère, racontée par Henri Nouwen (d'après un récit de Maurice Lamm dans : « Die Gabe der Vollendung. Mit dem Sterben leben », Fribourg : Herder 1994, p. 36-37). Tous deux se disputent sur l'existence du monde extérieur comme nous nous disputons sur le ciel, et sur l'existence ou non d'une mère, comme nous nous disputons sur la question de Dieu.


Jean sent la proximité de celui qu'il ne voit pas encore, mais qui va se manifester. Et lui-même, Jean aussi, doit se manifester s'il veut voir celui pour qui il va vivre, marcher et mourir.

C'est aussi de cela qu'il s'agit pendant le Carême. Si la joie en Dieu doit grandir en nous et devenir parfaite, alors nous devons nous montrer. Car Dieu s'est manifesté.


Fra' Georg Lengerke


Traduit de l'allemand en français




Share Post